AnticStore-Medium-Ref-17777

Espace OH ! Offert.

Albert JACQUARD. La science à l’usage des non-scientifiques. Calmann-lévy. Année 2001.

[Les dimensions de l’univers du discours].

« Chacune de ces disciplines se constitue, nous l’avons vu, en posant à priori un univers du discours au sein duquel les divers concepts introduits sont précisés. Cet univers est défini, structuré en précisant les dimensions qui interviennent dans les raisonnements… ».

 

La nécessité de définir avant toute réflexion une base, c’est-à-dire un cadre à sa pensée imprime à toute démarche d’analyse une saveur particulière. Ainsi sans fondation aucune pensée ne peut advenir. Mais n’est-ce pas ce qu’affirmait déjà Archimède au IVe siècle avant JC. « Donnez-moi un point d’Appui et je soulèverais le monde ». Cependant le point d’appui s'impose toujours comme un préalable nécessaire.

Aussi Albert Jacquard introduit comme « a priori » à son univers du discours le concept d'action; « … un concept très utilisé pour la recherche de l’équilibre d’une structure matérielle est le concept d’action… ». De même, Isaac Newton avait en son temps introduit le concept de « force ».

En parallèle albert questionne le sens intime du mot « dimension »; « en fait, le mot dimension est trompeur car il évoque l’espace concret dans lequel se meut notre corps… les longueurs, les surfaces, les volumes… convenons-en : l’espace réel, celui dans lequel nous évoluons… échappe à notre compréhension… ».

Il est substitué au mot de dimension celui de « paramètre », mot qui rapproche l'analyse d’une conception plus physique de la nature. Ainsi les mots, grands ou petits, véhiculent des émotions qui parfois affaiblissent la rationalité pure.  

 

Ainsi, l’univers du discours d'albert Jacquard s’affirme sans mots écrits en majuscule. La majuscule U du mot Univers signifie simplement que « la réflexion a changé d’objet… ne nous laissons pas tromper par l’identité des mots : univers et Univers sont aussi dissemblables que dieu et Dieu ».

« Le concept caché derrière le mot écrit avec une Majuscule échappe à toute définition… il ne peut-être pensé ». Albert Jacquard.

« Il est vain de remplacer un concept que l’on ne comprend pas par un autre concept que l’on comprend encore moins ». André Comte Sponville.

37 K°

L’obligation d’utiliser des « à priori », c’est-à-dire des points d'appuis, des repères ou des référentiels [avec ou sans majuscules] sur lesquels s’adosseront ensuite tous nos raisonnements, nos théories et nos conclusions implique la nécessité de s'interroger sur la composition et la qualité exacte des fondations choisies.   

_ Certes papa ! Tu oublis cependant que tes « à priori » sont des « univers du discours » déjà très élaborés.

 

Le petit Robert 1. Edition 1977.

Postulat; principe indémontrable qui parait légitime, incontestable.

Principe d’un système déductif qu’on ne peut prendre pour fondement d’une démonstration sans l’assentiment de l’auditeur.

 

Postulat, es-tu là ? Edition 2017.

Postulat; proposition que l’on tient pour vraie sans pouvoir toutefois en démontrer la véracité. Une posture sur laquelle tout le monde s’accorde. Une convention.

_ Papa ! C’est grave ce que tu dis là ! Toutes les mathématiques, la physique et la philosophie et tout le reste sont alors bâties sur de simples affirmations gratuites et sans preuves ! Je comprends qu’albert enlève toutes les majuscules à ses mots. Elles ne servent plus à rien !

_ Par quoi va-t-on pouvoir remplacer nos majuscules perdues ?.. S’interroge la petite Clopî, curieuse.

Oui bref, les enfants vous posez la question légitime de la légitimité et de ses sources. Aussi dans quel terreau fertile la légitimité plonge-t-elle ses racines et qui-quoi-qu’est-ce vont-ils pleinement autoriser un mot à s’écrire en Majuscule ?

 

_ Tu fumes trop albert !

Einstein 205 K°

LA LEGITIMITE

 

1- Aux sources de la légitimité scientifique.

L’Action en majuscule s’habille avec force dans son manteau de légitimité. Just do it !

Ici, imprimer son empreinte est exister. 

 

CLAC ACTION !

Dès lors l’univers du discours se fonde sur un collectif de paramètres plus ou moins définis et utilisés comme références; un collectif d'à priori affirmés en amont du discours.

Ici l'on rejoint Archimède et son « point d’Appui » nécessaire à toute réflexion structurée. Et ces paramètres précontraints tissent un canevas « d’à priori » qui fondent un monde réflexif autonome avec ses concepts et sa syntaxe propre.  

La cinématique utilise deux paramètres, la longueur L et le temps T. Ce discours caractérise l’univers des mouvements galiléens. En émerge le concept délicat de distance parcourue et de trajectoire. Ces trajectoires ont pour nom « orbite » pour le trajet des planètes et « d'orbitale » pour le trajet aléatoire des électrons; cependant toutes les deux sont d’une forme elliptique. Ce cadre de pensée analyse les comportements de la famille subtile des mouvements « rectilignes et uniformes » et des « trajectoires » qui en émergent.

La dynamique des corps pesants ou sans masse exige l’introduction d’un nouveau paramètre, la « masse m ». Ce discours caractérise l’univers des mouvements newtoniens. En émerge le concept de « force gravitationnelle ». L’action physique d’attraction massique agissante à distance entre deux corps est ici privilégiée. Cependant un concept en total contradiction avec son équation gravitationnelle initiale [F = G mm’/r²] et avec sa troisième loi du mouvement. Newton introduit ici le concept de « force unilatérale ». Cependant lui-même reconnaissait l’absurdité d’un tel concept… « Qui peut croire un seul instant… ».

L’électrodynamique exige l’introduction du paramètre de la « charge » électrique. Ce discours fonde l’univers de l’électromagnétisme de Maxwell. En émerge un objet mathématique abstrait, les quatre équations de Maxwell complétées par l’équation de Lorentz. En émerge le concept de « vitesse de propagation » des ondes électromagnétiques dans le vide; la vitesse cosmique maximale et constante.  

 Le temps.

pendule-mysticaAlbert Jacquard cite deux postulats divergents concernant la définition du temps, « … le Temps est une réalité autonome imposant sa présence active même si rien n’existe en dehors de lui;.. pour l’autre [théorie du temps] il est le produit de la succession des évènements… et ainsi n’existe pas en lui-même ». Ainsi Albert Jacquard était également en recherche de fondations et d’horizons stables. Et il hésitait.

 « Tout est, Lucilius, hors de nous. Il n’y a que le temps qui soit nôtre. Ce bien fugace, glissant, est l’unique possession que nous ait départie la nature… et nul ne s’estime redevable en quoi que ce soit du temps qu’on lui donne, c’est-à-dire du seul bien que, même la reconnaissance aidant, il lui est impossible de rendre ». Lettre à Lucilius. Sénèque cité par Charles Jaigu. Le Figaro Magazine. Juillet 2017. Ces sages qui nous aident à vivre.

Le formalisme mathématique est une tentative de description de la réalité sous la forme de concepts numériques purs. L’arithmétique est un formalisme mathématique; la géométrie est un formalisme mathématique; la mécanique quantique est un formalisme mathématique…

_ Papa, enfin ! Il suffit de mettre un s à mathématique et c’est bon !

Puisque c’est bon on va parler de la même chose.

 

Savais-tu blog, que Max Planck en 1900 proposa le concept révolutionnaire du « quantum minimum d’action » et de ses multiples quantifiés. Emergea de ce cadre de pensée d’étranges unités aux étranges « quantités distinctes » introduisant irréductiblement la « discontinuité » dans le déroulement des phénomènes physiques.

La quantité unitaire est dans cette optique distincte, [observable] et de valeur [hv]. Et son intimité est duelle.

Quanta IRMA 21 €

LUCY d’Enfer. Le 3 Décembre 2017. Mais soyons lucide ! Tout est bon dans le lucy.

Bibliographie.

OMNES Roland. Et l’un devint deux. Flammarion.

KUMAR Manjit. Le grand roman de la physique quantique. JC Lattès.

Albert JACQUARD. La science à l’usage des non-scientifiques. Calmann-lévy.

 

Et la Relativité, alors ! On n’en dit rien ? Corne-citrouille ! Allons monsieur albert ! Restons poli.

La physique relativiste introduit deux paramètres, la « vitesse cosmique » invariante et maximale -un maximum invariant- un brin rigide, et l’élasticité du tissu même de l’univers, une qualité de l’espace-temps unifié par Minkowski en 1906. De plus elle substitue à la gravitation le concept équivalent d’accélération. Ce discours caractérise l’univers relativiste d’albert Einstein. En émerge la subtile famille des mouvements « curvilignes et accélérés » et les « géodésiques interactives » d’albert.

 

img172_ Et dans ce monde-là, monsieur, c'est la fin de la « rigidité de forme » cependant toujours nécessaire aux repères galiléens. Et ne nous gaussons pas.

 

 

CLAC INTERACTION !

L'univers einsteinien est un univers fondamentalement « interactif ». Et il se développe sur le concept subtil de la « relativité » de surprenantes propriétés comme celle de la « simultanéité réciproque ».

Dans ce cadre, les masses déforment le chemin qui impose en retour la direction au mouvement des objets massiques en interaction; et leurs accélérations… dans l’instant.

 

Mais l’on aurait pu s’en douter.

La troisième loi du mouvement d’Isaac Newton stipule que... « l’action d’une force entraîne une réaction égale et opposée ». Cette loi suggère l'existence d'une « interaction » par définition simultanée et réciproque. De plus l'interaction s'oppose irréductiblement au concept d'action foncièrement « unilatéral ».

 

2- Aux sources de la légitimité du Vivre ensemble.

Tous ensembles, Tous ensembles…