images (3)

 

Galilée fit une rencontre et elle fut explosive.

 

Les « points de vue » sont les éléments sources qualifiant les mesures et les ressentis. Cependant la cécité partielle inhérente à toute observation, « l'indiscernabilité galiléenne » frappe indistinctement les observations, mesures ou expériences. Et cette indistinction ampute définitivement la vision; même celle du plus Grand.

 

L’Acte quatrième imposa le point de vue crucial; celui de la longue-vue. « Du spectacle entrevu durant la nuit du 9 Janvier 1610 de son observatoire de Padoue, Galilée ne s’en remis jamais ! Il fut tant bousculé par sa vision qu’il devint l’un des plus grands savants à la pensée rarement égalée… ». Certaines rencontres changent une vie et un homme. Celle-ci forma le vieux sage et déforma le vieux monde.

20170117PisesVenusZodiacale-4000-768x691 La planète Vénus s’observe parfois à l’œil nu lorsque la conjonction des planètes s’y prête. [Photographie Internet. PisesVenusZodiacale-4000].

 

 

 images (5)

 

Le capitaine casse-pipe. [Photographie Internet].

 

Le savant utilisait un instrument astronomique doté d’une puissance de rapprochement révolutionnaire, un 32 fois la mise ! Il était sûr de gagner l’enfer ou le paradis, sur Terre. Aussi le premier voyage dans l’espace fut réalisé par un humain immobile au vouloir insatiable. « L’image cerclée de cuivre, tremblotante mais d’une netteté jamais égalée à ce jour s’afficha dans le champ du curieux au regard fébrile. Ainsi l’immense planète se trouvait escortée par quatre mousquetaires, quatre objets célestes biens distincts. Jupiter n’était pas un objet solitaire évoluant seul dans l’immensité noire... ».

 

 

 Jupiter 212 K°Le satellite Io, le plus proche de la gigantesque Jupiter projette son ombre délicatement portée en surimpression sur les tempêtes fabuleuses aux torsions d’enfer.

 

Le plus inadmissible advint après quelques minutes d’observation sidérale sidérante… Et nous voici de nouveau dans l’observatoire du Pisan penché… sur sa lunette et que voit-il s’imprimer dans son regard exacerbé à la veinule dilatée ? « … Oui ! C’est certain bien qu’impossible ! Et pourtant ?... Cependant plus de doute ! L’incrédulité se meut en certitude puis en incrédulité. Et dans le regard stupéfait de l’ogre scientifique en éveil s’afficha une vérité inadmissible, gigantesque, incroyable… géante pour toutdire bien qu’un peu gazeuse !. ».

_ Papa ! Arrête de faire durer le plaisir; voyons. On n’en peut plus !

 

Et ce fut la naissance de l’un des plus grands mystères scientifiques auxquels fut jamais confronté l’homme dans sa quête de connaissances et de reconnaissances. _ Je n’en peux plus, papa !

 

T’en veux plus ?

 

 

 Jupiter étoilée 176 K°-001[Montage internet du montage céleste]. Jupiter est cerclé par quatre de ses plus gros compagnons. Le (la) gigantesque en possède jusqu’à 74 de taille diverse. Mais le plus séduisant reste sans conteste IO, le balafré.

 

« Un changement infime dans l’image portée par la lunette fut décelé. Tout d’abord imprécis, incertain, douteux; le frémissement deviné s’affirma incontournable dans sa réalité tangible ». _ Il y avait des martiens sur Jupiter ?

 

Dans le regard effaré du savant fou se déplaçait rapidement quatre points scintillants « autour » de la planète Jupiter, point central de ce mouvement mais point fixe. De fait, un mouvement indépendant, exogène tissait dans l’espace une ronde incessante dont la planète exotique en fixait le centre, irrémédiable.

 

 L(iconoclaste

Diable !

Un irréductible.

Une aberration totale !

Une inconvenance radicale !

Un impossible possible !

 

 

Diantre !

Un indubitable.

Une insulte à la raison.

Une salade de saison.

Un dantesque grotesque.

 

 

 

_ Stop papa ! On en peut plus, définitivement !

 

 

 

Sapristi !

 

Un patachon.

 

Une rime sans raison.

 

Une illusion.

 

Un abscons.

 

Stop ! «… ainsi tourne autour de Jupiter quatre objets qui forment à eux cinq un système planétaire cohérent mais surtout indépendant. De fait deux mondes célestes distinctscohabitaient dans une dynamique rejetante ».

 

Voici l’astronome Galilée avec deux centres de l’univers avérés certains. Et toute la dynamique solaire et scolaire s’en trouva fondamentalement ébranlée et avec elle, 1500 ans de certitudes. _ Et tu oublies le soleil ! Trois centres en concurrence, trois points d’appui, ça devenait compliqué à gérer; remarqua Clopî dans un déchirement de soie et de frou frou fou, en soi.

 

 

L’incompréhension s’imposa au savant dans toute sa puissance rebelle.

Il y avait ici au moins un danseur de trop ! Voir deux…

Pour l’Eglise implacable ce fut le soleil, l’hérétique. Mais ils ne purent le réduire en cendres. Pour Galilée ce fut le début d’une réflexion scientifique aux dimensions sans pareils. Et de cet arasement total de la pensée primitive émergea le concept Galiléen de « référentiel inertiel ».

 

_ On aurait intérêt à regarder Jupiter plus souvent, nous dit légèrement envieuse Clopî.

 

 

Chagall_AdamRevenez ! L’exil selon Chagall, ou le péché originel, c’est selon… les points de vue.

jupiter-4sat

 

 

Histoires de parler vrai !

 

La vérité sort rarement nue et crue du puit !..

 

Elle serait plutôt cuite.

 

« Je suis cuite si vous n’êtes pas cru, maître », dit la cliente frémissante au professionnel impassible.

 

 

 thCAVS0YA0L’exception cruciale.

 

L’observation Galiléenne affirma l’omniprésence du mouvement dans l’espace. De fait tout corps de matière bouge constamment autour de tout ! Ainsi même l’astre Jovien bougeait dans l’espace de même que le Soleil ou les étoiles lointaines que les Anciens pensaient fixes. Ainsi du plus petit quark au plus gigantesque amas de matière tout s’agite constamment au sein du cosmos. 

 

Se distingue cependant de cette ronde incessante et permanente, de ce carroussel frénétique un objet iconoclaste, farfelu et seul dans son immobilité irréductible, la planète Terre.

Qu'est-ce à dire ?

 

La Terre bénéficierait-elle d’un statut particulier dans l’univers ? ou bien… L’énigme posée par cet incompréhensible Amer isolé des tempêtes environnantes suggéra à Galilée le concept délicat « d’inertie ». En émergea les irréductibles « référentiels inertiels galiléens » à l’immobilité fascinante.

 

Ainsi Galilée fut profondément déstabilisé par sa vision céleste. En réponse il s’interrogea sur la nature véritable du mouvement et de son impossible corollaire, l’immobilité.1500 ans de pensées immobiles furent alors soumises à la question et impitoyablement disséquées.

Ciel 154 K°

 

[Photographie Internet].

 

 

La cécité Galiléenne.

 

D’une « expérience de pensée » rustique, un observateur enfermé dans un espace clos successivement en mouvement régulier ou à l’arrêt, pour Galilée une cabine de bateau hermétiquement close; le savant déduisit l’incapacité définitive pour tout observateur de distinguer la présence d’un certain type de mouvement.

 

Ainsi les « mouvements réguliers », c’est-à-dire les mouvements uniformes, ceux dépourvus d'accélération et alors rectilignes dans leur trajectoire ne sont jamais perceptibles aux observateurs. Et voici défini le point de vue cyclope de la lorgnette dans sa cécité irréductible. _ C'est normal papa ! Elle n'a qu'un œil !

838_jupiter-from-juno 33 k°

 

Les vents de Jupiter [Photographie NASA]. D’immenses masses de gaz en évolution permanente s’affrontent continument sur l’astre incompréhensible.

main_900 (2)

 

La planète Jupiter et ses tourments. [Photographie NASA].

 

_ Papa ! C’est quoi l’immobilité ? C’est un mouvement invariant et dès lors inobservable, blog. Ainsi le repos et la stabilité se construisent sur un mouvement uniforme et de ce fait invisible. L'immobilité nait de cette imperception.

 

En conséquence, le lieu « d’où se projette l’observation » toujours au repos conditionne le résultat de la mesure et défini partiellement son contenu. L'acte d'observer ou de mesurer conjugué au phénomène observé crée une « réalité d'observation » localisée et valide uniquement pour le lieu où se situe la mesure et l'observateur.

 

Hermann Minkowski en 1906 ajoutera au lieu (à l'espace) qualifiant l’observation le « temps propre » de l'analyse, l'instant propre à une trajectoire évènementielle.

 

En conséquence les référentiels Galiléens animés d'un mouvement régulier localisent et orientent dans l'espace et le temps les phénomènes physiques. Aussi l'inertie, ce mouvement invariant et persistant à l'immobilité partagée qualifie les référentiels galiléens en référence universelle.

 

une-mer-de-circonvolutions-nuageuses-au-niveau-de-la-zone-temperee-de-jupiter

 

 

Les référentiels inertiels irréductiblement immobiles, rigides, c'est-à-dire indéformables sont multiples mais d'une qualité analogue; ce qui signifie qu'ils sont similaires en qualité. Dès lors aucun référentiel ne prime sur les autres ! _ Même ceux de martiens ?

 

LUCY d’Enfer. Le 11 Décembre 2016. En repos et lente, régulière même les jours travaillés. Et on peut l’affirmer immobile, c’est-à-dire invisible.

 

Bibliographie. BENAMRAM Bruce. Prenez l’e temps d’y penser. Bernard DIU. Traité de Physique à l’Usage des Profanes. Edition Odile Jacob. Sciences. Guy Louis GAVET. Comprendre Einstein. EYROLLES pratique. Mensuel Ciel& espace. Janvier/Février 2016. N° 545. Cosmos. La Recherche. N° 508. Février 2016.Voyage au cœur du système Solaire. Richard BROWN. 3 Minutes pour Comprendre. Les 50 plus grandes théories mathématiques. Le petit ROBERT des Noms propres. Dictionnaire illustré. La culture de référence. Olivier REY. François JULLIEN. Jean BRUN. 2500 ans d’évidences. Une conférence Nivernaise. Joanne BAKER. Les lois essentielles de la physique pour tous. Librio. Mémo. 3€.